Caractéristiques du 20 Francs Marianne Coq

Caractéristiques du 20 Francs Marianne Coq

Emise à compter de 1899, la pièce de 20 Francs Marianne Coq a été frappée à pas moins de 117 448 888 exemplaires, un chiffre vertigineux. Elle est la dernière héritière des pièces de 20 Francs Napoléon, aussi connus sous le nom de « Louis d’or ». Le graveur auteur des effigies visibles sur l’avers et le revers du 20 Francs Marianne Coq est Clément Jules Chaplain, son travail fut d’ailleurs très bien accueilli.

A quoi ressemble la pièce Marianne Coq ?

L’avers de la pièce de 20 Francs Marianne Coq nous donne à voir le profil de Marianne reconnaissable à son bonnet phrygien. Elle est ici représentée avec les cheveux longs et une couronne de feuilles de chêne enserre sa tête. La titulature « REPUBLIQUE FRANCAISE » est visible de part et d’autre de Marianne. Dans la partie inférieure droite de la pièce, on peut observer la signature du graveur.

Le revers de la pièce de 20 Francs Marianne Coq fait apparaître la devise de la République, soit « LIBERTE EGALITE FRATERNITE ». Celle-ci entoure un coq à l’allure fière et la poitrine bombée tandis que la valeur nominale « 20 Frs » apparaît dans la partie inférieure de la pièce de part et d’autre du coq. L’année d’émission est quant à elle visible dans la partie inférieure de la pièce sous les pattes du coq.

Comment la 20 Francs Marianne Coq a-t-elle évoluée ?

Il existe trois périodes de frappe pour les pièces de 20 Francs Marianne Coq, la première s’est déroulée de 1899 à 1906 et se distingue de la seconde du fait de la titulature de la pièce : « DIEU PROTEGE LA FRANCE » visible sur sa tranche. La seconde commença deux ans après la loi de 1905 proclamant la séparation de l’Eglise et de l’Etat. La titulature visible sur la tranche fut alors remplacée par celle – également visible sur le revers – : « LIBERTE EGALITE FRATERNITE », elle prit fin en 1914.

La troisième période débuta près de 40 ans plus tard, en 1951 et perdura pendant 9 ans, jusqu’en 1960. Au cours de cette période aussi appelée refrappe Pinay, 37 483 500 exemplaires furent frappés. Fait intéressant : les 20 Francs Marianne Coq émis à l’époque ne diffèrent en rien des modèles frappés auparavant. Cette particularité est due au fait que les coins ayant servi à leur émission étaient les mêmes que ceux utilisés pour les pièces originales.

A quelle particularité reconnaît-on les 20 Francs Marianne Coq ?

Une autre particularité de la pièce de 20 Francs Marianne Coq émise pendant la refrappe Pinay et qui la rend d’ailleurs aisément reconnaissable est sa couleur légèrement cuivrée (comparable à la pièce de 50 pesos). Cette teinte est due à l’alliage qui la compose, qui comporte une petite proportion de cuivre, soit à peu près 10%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *