Marianne Coq : la banque, une démarche coûteuse

Marianne Coq : la banque, une démarche coûteuse

Quoi de plus logique pour votre Marianne Coq que de s’adresser à votre banque ?  Attention, tous les établissements ne proposent pas ce service et rechignent même parfois à vous en parler quand ils sont en mesure de le faire ! Pourquoi ? Tout simplement parce qu’un investissement dans une pièce de 20 francs en or n’est pas rentable pour votre banquier. En effet, l’or est parfait pour une capitalisation à moyen, voire à long terme. En épargnant dans une Marianne Coq, vous bloquez vos liquidités sur une période donnée et votre banque ne peut ainsi pas faire fructifier votre argent. Bien évidemment, elle vous proposera des solutions de stockage sécurisées, mais les frais engendrés sont bien moins rémunérateurs qu’un placement boursier, voir un PEL ! C’est pour cette raison que les pièces de 20 francs proposées sont souvent à des tarifs décourageants. Certes, la qualité de la pièce en or de 20 francs est garantie, mais le ratio « prix/qualité » ne mérite souvent pas la dépense supplémentaire. Outre ces frais annexes, une banque demande également une commission pour tout achat d’or. Cette dernière oscille entre 1,5 et 4%. Il est pourtant vrai que certaines enseignes s’alignent bien volontiers, sur ce point, sur les tarifs des agences spécialisées et des courtiers. Mais nous parlons là de celles qui possèdent la CPR Or comme fournisseur en pièce d’or de 20 francs. Dans l’ensemble, la banque n’est pas une alternative viable et il faut donc envisager de se tourner vers une autre piste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *